Actualités
Entrée
S.E.C.
Textes
Sc. Dures
Topos
Médiathèque Recherche
Biblio   Vidéos    Photothèque
Nous écrire
 Enseignants-Chercheurs

 


Institut des Neurosciences Cognitives de l'USDMDH

L'intelligence du Bouquetin



bouquetin
Bouquetin Subtil


Nous présentons ici en format court, un travail de recherche qui a mobilisé une grande partie de nos effectifs cet été, dans le cadre de notre colloque du mois d'août sur la question spéciste, avec ce point crucial: l'homme et en particulier sa variété alpiniste (homo alpinus) est-il différent par nature ou par degré de celui ou celle que les bipèdes alpins motorisés nomment l'animal?

L'expérience menée peut donner lieu à plusieurs interprétations. Néanmoins, une pierre a été posée sur la vire où s'accumulent les preuves d'une hiérarchie cognitive différentielle majeure qui sépare "nos" espèces.

1- Délimitation de l'espace de travail: La vire cognitive

Sur le cliché ci-dessous on distingue la limite Nord-Est de la vire où a été réalisée l'expérience:
limite verticale infranchissable sans utilisation de membres supérieur (et encore)



Vers NE




Le cliché suivant présente le bord de la Vire en direction du Sud-Ouest:
Limite à 70° de rocher lisse, peu franchissable sans équipement spécial et utilisation de membres supérieurs

Vers SO






2- Réalisation de l'expérience de test narcissique sur performance cognitive

Approche de l'équipe de chercheurs

Approche


Notre responsable de recherche, membre du Conseil Scientifique Titulaire

(reconnaissable à la barbe blanche, type Raoult sortant de chez le coiffeur).

Sagesse



Approche de la Vire de l'Expérience (encore une autre longueur et ça y sera)

Athlète




Vue depuis la vire de l'Expérience après son dénouement

Vertige



3- Description de l'expérience

Le sujet (un professeur titulaire de grande renommée) accompagné par le responsable de recherche (incorruptible) a escaladé la longueur visible sur le cliché ci-dessus. Arrivé 4 mètres sous la vire décrite ci-avant et d'où est prise la photo, il s'est trouvé "nez à nez"* avec le Bouquetin Subtil, convoqué pour l'expérience.

La question pratique était simple: le sujet, de type homo alpinus, choisi pour ses performances intellectuelles, sa vivacité d'esprit et ses capacités d'adaptation théorico-pratiques, son expérience alpine considérable lui permettant de mobiliser des shémas d'action variés adaptables en urgence, de plus, doué d'une faculté incomparable de raisonnement déductif en plusieurs lignes simultanées, a du trouver une solution au problème posé. Ceci en bénéficiant a priori d'un avantage cognitif considérable sur le Bouquetin qui, quoique Subtil, dispose d'un cerveau dépourvu des circonvolutions utiles à la lecture de topos, ou toute documentation préalable à l'épreuve écrite, ni non plus de l'accès aux échanges sur réseaux sociaux, lieu d'excellence de l'usage du langage humain.

Fort de ses atouts, de ses membres antérieurs doués de préhension, le grimpeur-professeur et sujet choisi pour le test, a du analyser la situation en temps record pour trouver une solution.

Les résultats n'ont pas été ceux attendus. Constatant l'impossibilité de fuite du Bouquetin aux extrémités de la vire, puisque ce dernier ne possèdait ni mousquetons ni assurance ni même des mains, avait atterri sur la vire d'une manière incompréhensible, le sujet a repensé aux récits des Bouquetins acculés dans des impasses, chargeant alors les hommes leur faisant face et lui barrant le passage, pour profiter d'un avantage de puissance physique animale leur permettant de pulvériser l'humain et à s'enfuir.

Fort de tous ces éléments, la synthése établie par le sujet l'a amené à produire l'analyse suivante:

"Ce bouquetin a nécessairement atterri sur la vire depuis un point non visible depuis ma position (4 mètres sous la vire), par un saut irréversible: le voici donc coincé, stressé et agressif, ne trouvant aucune issue. Il sera contraint par l'effet de forces instinctives non régulées par une intelligence supérieure à charger le grimpeur (moi), sitôt que celui-ci (encore moi) fera mine d'approcher."

Cette hypothèse de compréhension établie en un temps défiant la vitesse d'un double processeur, fut confirmée par le grognement de l'animal quand le grimpeur fit mine d'approcher. C'est ainsi que l'Humain Professoral décida que, sans intervention divine, il ne se rendrait pas sur la vire pour y être expulsé manu militari par la bête de somme. Donc, que la descente dans la voie s'imposait à court terme.

Hélas, l'animal démentit l'analyse déductive. Il disparut soudain sans boujour ni au-revoir, usant d'un stratagème imprévu, faisant état d'un capacité cognitive pratique supérieure.

Il apparut alors au sujet que la connaissance du terrain ET les capacités exécutives et mémorielles adaptées au comportement pratique était supérieur chez l'animal, lequel avait opté pour fuire d'une manière non anticipée par le grimpeur.


* La formule "nez à nez" avait été rédigé par le rapporteur de l'expérience "né à né". Ceci bien sûr renvoie à la problématique sous-jacente: sommes-nous, humains et animaux, frères et soeurs, d'un même sang, appartenons-nous à la même famille?


Clef des champs
Le Bouquetin a trouvé une voie autre, invisible sous la vire.

Le sujet témoigne:
"c'est comme s'il avait changé d'univers, était entré dans un autre monde, disposant d'une autre connaissance, tandis que j'étais cloîtré dans mes préjugés, mon espace clot, ignorant et découvrant mes limites. Cette expérience traumatique, je ne la souhaite à personne!"



Lequel s'avoua vaincu dans le concours d'intelligence, plongeant immédiatement dans un mutisme admiratif, comprenant les limites des prétentions neuroscientifiques vulgaires qui font accroire qu'un cerveau serait une machine merveilleuse en elle-même, une fois déconnectée du terrain.



Logique, rationnalité, sciences 

Détail de l'orifice. Question: comment un gros Bouquetin avec de grandes corne fait-il pour passer: rampant, cornes repliées?





Bouquetin
Le responsable du stage essaie la solution de quitter la vire par l'extrémité au SW




Raide
Au-desus de la Vire, invisible sous des surplombs, les bipèdes s'éloignent en silence





Dièdre

S'éloignent en silence.





Dièdre

En silence


Fin de l'expérience.


Portail
Actualités
S.E.C.
Textes
Vidéos
Photos
Qui sommes-nous?
Nous écrire
"Livre d'or"
Mentions légales
Confidentialité

© USDMHD 2019
Aide / questions
Chercheurs
Haut de page

A bientôt!